Les enfants exposés à la violence conjugale

L'enfant et la violence conjugale > Que vit l'enfant ? > Ses rôles

Ses rôles

[Références]

Le gardien de la paix

Les enfants adoptant ce rôle essaient de prévenir les conflits conjugaux ou leur amplification afin d’empêcher l’éclatement de la violence.

  •  Ils peuvent intervenir directement lorsqu’ils sentent que des événements violents sont susceptibles de survenir, par exemple, en tentant de calmer leurs parents.
  • Ils peuvent aussi tenter de prévenir des situations qui, selon leur expérience, peuvent entraîner de la violence, par exemple, en montant directement dans leur chambre lorsque le parent ayant des comportements violents arrive à la maison.
  • Cette situation entraîne un climat de terreur et de peur et place l’enfant dans un état d’alerte constant, ce qui peut le rendre hyper vigilant. Le jeune guette alors tous les signes précurseurs de violence afin d’empêcher que celle-ci n’éclate.
  • Ces enfants peuvent aussi se blâmer et se culpabiliser lorsque leurs efforts n’arrivent pas à aider leurs parents ni à empêcher la présence de violence (Réf.)

[ Haut de la page ]

Le pacificateur

Les enfants « pacificateurs » se donnent comme mission de distraire leurs parents ou de diminuer l’intensité de la violence.

  • Ce rôle peut prendre différentes formes selon la position de l’enfant face à ses parents :
    • Il peut tenter de calmer ou de contrôler sa mère afin que son père ne se fâche pas ou, inversement, tenter de distraire le conjoint ayant des comportements violents afin qu’il cesse ses comportements violents envers celle-ci. Il pourra par exemple inviter son père à venir voir le dessin qu’il vient de réaliser ou lui parler de choses non liées à ce qui est en train d’arriver (Réf.).

[ Haut de la page ]

Le protecteur

Le rôle de « protecteur » est habituellement adopté par les enfants qui tentent de protéger leur mère, leurs frères ou leurs sœurs face aux agressions du conjoint ayant des comportements violents.

  • Ces enfants peuvent inciter les membres de la famille à fuir la violence ou, lorsque cela n’est pas possible, ils peuvent s’interposer directement entre leurs parents.
    • En effet, 23% des mères vivant de la violence conjugale ont déclaré que leurs enfants ont parfois tenté d’intervenir physiquement lors des épisodes de violence et 8% d’entre elles ont affirmé que leurs enfants sont souvent intervenus (Réf.).
  • Ceci place souvent l’enfant dans une position dangereuse où il risque ensuite de devenir la victime des comportements violents de l’agresseur (Réf.).

[ Haut de la page ]

L’ « agent double »

Ce rôle est assigné par les parents qui demandent à leurs enfants d’aller espionner leur père ou leur mère afin de vérifier ce qu’il ou elle est en train de faire.

  • L’enfant est souvent obligé d’agir comme un « agent double » en allant chercher de l’information sur ses deux parents.
  • Celui-ci doit même parfois jouer un rôle actif dans l’épisode violent, ses parents lui demandant par exemple « d’aller raisonner sa mère » ou « d’aller calmer son père ».
  • Cette situation entraîne un climat de tension qui laisse l’enfant confus et indécis, ignorant quel parent il doit croire ou appuyer. L’enfant vit alors d’importants conflits de loyauté et il se sent souvent forcé de prendre position pour l’un ou l’autre de ses parents(Réf.).

[ Haut de la page ]

L’éducateur

Les enfants adoptent ici la position de conseiller et de moralisateur.

  • Cette position témoigne d’un renversement des rôles entre l’enfant et ses parents puisque ce dernier assume alors certains rôles parentaux, ce que l’on appelle la parentification de l’enfant.
  • Ils vont alors exposer à leurs parents ce qu’ils perçoivent comme des comportements négatifs dans leur rôle de conjoint ou de parent.
  • Ils peuvent aussi conseiller leurs parents à propos des comportements ou des attitudes qu’ils devraient selon eux adopter face à la situation de violence conjugale.
    • Ils peuvent entre autres tenter de convaincre leur mère que l’attitude ou le comportement de leur père est inacceptable et qu’elle devrait le quitter (Réf.).

[ Haut de la page ]

Le sauveur

Les enfants qui adoptent des comportements pour sauver leurs parents et les protéger de la violence en allant chercher de l’aide extérieure ont le rôle de « sauveur ».

  • Ces enfants vont par exemple dénoncer la violence présente au sein de leur famille à un professeur, à un intervenant social, à la police ou à toute autre personne de confiance.
  • L’enfant peut alors sentir qu’il trahit ses parents et peut se culpabiliser d’avoir brisé le secret de la famille (Réf.).

[ Haut de la page ]

Le bouc émissaire

Il s’agit des enfants qui sont identifiés comme étant la cause des problèmes familiaux, qui sont blâmés pour la tension existant entre leurs parents et dont le comportement sert à justifier la violence (Réf.).

[ Haut de la page ]

© CRI-VIFF 2009 - Conception : Centre APTI
Panneau d'administration