Les enfants exposés à la violence conjugale

L'enfant et la violence conjugale > Comment réagir en cas de dévoilement

Comment réagir en cas de dévoilement

[Références]

Conduites et attitudes…

... à adopter

  • Créer un climat de confiance où l’enfant se sent à l’aise.
  • Offrir un endroit confidentiel, calme et propice aux confidences de l’enfant. 
  • Respecter le rythme de l’enfant. Le dévoilement peut être très difficile pour celui-ci, il est donc important de l’écouter sans l’interrompre et sans le pousser à aller plus vite.
  • Aider l’enfant à exprimer ses émotions, sans l’influencer.
  • Rassurer l’enfant en validant ses émotions (par exemple : « il est normal d’avoir peur dans cette situation »).
  • Ne pas porter de jugement en parlant avec l’enfant.
  • Démontrer à l’enfant que vous croyez ce qu’il vous dit. Il doit se sentir respecté et compris dans ce qu’il vit.
  • Prendre position contre la violence. Remettre la responsabilité de la violence au conjoint ayant des comportements violents sans le blâmer ou le dénigrer.
  • Assurer la sécurité de l’enfant (Réf.).


*La sécurité des enfants et de leur mère est prioritaire lors de toute intervention. Il est très important de ne jamais mettre en danger ces derniers.

 

*Si vous pensez que la sécurité ou le développement d’un enfant est compromis, c’est-à-dire qu’il se trouve peut-être dans une situation d’abandon, de négligence, de mauvais traitements psychologiques, d’abus sexuels ou d’abus physique ou qu’il présente des troubles de comportement sérieux,  vous devez faire un signalement à la Direction de la Protection de la Jeunesse afin de protéger cet enfant (Loi sur la protection de la jeunesse).

 

... à éviter

  • Ne pas critiquer le parent ayant des comportements violents ni le dénigrer. Il faut condamner le comportement et non la personne. Les enfants peuvent détester la violence et vouloir qu’elle cesse tout en aimant beaucoup le parent qui commet la violence.
  • Ne pas faire de promesses que vous ne pouvez pas tenir telles que « je t’assure que plus jamais ton père ne fera mal à ta mère » ou encore « je vais garder ton secret ». 

*Si un enfant vous demande de garder le secret, vous devez lui expliquer qu’il se peut que vous soyez obligé d’en parler à quelqu’un afin d’assurer sa sécurité.

  • Ne pas banaliser et minimiser les propos de l’enfant, ses émotions ou le caractère dangereux de la situation ni à l’inverse, se laisser submerger par les émotions en risquant ainsi de faire paniquer l’enfant.  
  • Ne pas mettre en péril la sécurité de l’enfant ou du parent en envoyant à la maison des informations sur la violence conjugale sans en avoir reçu la demande ou encore en appelant à la maison sans tenir compte de la possible présence du conjoint ayant des comportements violents (Réf.).

 

[ Haut de la page ]

© CRI-VIFF 2009 - Conception : Centre APTI
Panneau d'administration