Les enfants exposés à la violence conjugale

Intervention auprès des enfants > Intervention de groupe > Caractéristiques des programmes

Caractéristiques des programmes

[Références]

Durée de l'intervention

  • Durée : 6 à 20 rencontres pour une moyenne de 10 rencontres.
  • Temps des rencontres : environ 75 minutes, maximum de 2 heures.

[ Haut de la page ]

Nombre d'enfants par groupe

  • Les groupes sont composés de 4 à 9 enfants.

[ Haut de la page ]

Caractéristiques des enfants

  • Tous les âges (de quelques mois à l'adolescence).
  • L'intervention auprès des jeunes enfants (bébés, bambins) est peu étudiée.
  • La plupart des programmes visent l'âge scolaire.
  • Les groupes sont composés en tranches d'âge : 6-8 ans, 9-10 ans et 11-12 ans.

[ Haut de la page ]

Critères de sélection

  • Chaque programme a ses propres critères de sélection. Nous indiquons ici ceux que l'on retrouve le plus souvent :
    • l'enfant a la maturité, le fonctionnement intellectuel et la capacité de s'exprimer en groupe;
    • le parent en charge doit s'engager à participer à un aspect du programme;
    • le conjoint violent doit avoir quitté le domicile;
    • l’intervenant doit tenir compte de la nécessité d’obtenir le consentement d’un parent ou des deux, selon les règles de son milieu de travail, pour offrir des services à l’enfant.

[ Haut de la page ]

Critères d'exclusion

  • L'intervention de groupe pour enfants exposés à la violence conjugale n'est pas appropriée pour :
    • les enfants ayant des problèmes de comportements sérieux. Par exemple : les enfants qui sont incapables d’évoluer à l’intérieur du groupe ou de suivre des consignes et les enfants qui ont des problèmes de santé mentale grave;
    • les enfants qui vivent une concomitance de problématiques sérieuses (abus sexuel, abus physique, négligence, troubles de comportement);
    • les enfants en situation de crise.

[ Haut de la page ]

Les ressources

  

Les établissements offrant des programmes d'intervention de groupe

  • La plupart des programmes sont offerts par les organismes spécialisés en violence conjugale. Mais, tout organisme offrant des services aux enfants peut mettre sur pied des services de groupe pour les enfants exposés à la violence conjugale. Souvent, les organismes travaillent en partenariat ou en concertation pour le recrutement des participants aux groupes.

 

La coanimation

  • La coanimation est privilégiée dans tous les programmes. Bien que la coanimation par un homme et une femme soit perçue comme un idéal, peu d'information existe sur le type de coanimation à privilégier.

[ Haut de la page ]

Les objectifs

  • Tous les programmes visent à améliorer le bien-être de l’enfant et à réduire l’impact négatif de l’exposition à la violence. De façon plus particulière, les objectifs poursuivis sont les suivants :
    • rompre le silence et faire part aux autres de certains de leurs sentiments et de leurs expériences;
    • développer des habiletés prosociales;
    • élaborer avec l’enfant un scénario de protection avec lequel il se sent bien et qui tient compte de son point de vue;
    • prendre conscience de la violence conjugale, familiale et autres formes présentes dans l’environnement;
    • exprimer des sentiments et des émotions, dont la colère, de façon non violente et non agressive;
    • développer un réseau de soutien entre pairs et un soutien approprié de la part de l’environnement;
    • améliorer l’estime de soi;
    • modifier certains comportements;
    • prendre conscience des stéréotypes hommes-femmes;
    • redonner du pouvoir aux enfants;
    • mettre fin aux patterns intergénérationnels de violence.

[ Haut de la page ]

L'évaluation des programmes

  • Des 39 programmes d’intervention de groupe repérés, 23 ont été évalués. De ces 23 programmes, 13 sont états-uniens, trois sont canadiens et sept sont québécois.
  • En résumé, voici les effets positifs observés chez les enfants après leur participation à un groupe d'intervention pour enfants exposés à la violence conjugale :
    • un développement des habiletés sociales dont celles de mieux résoudre leurs conflits;
    • une identification positive d’eux-mêmes, une meilleure affirmation de soi ou une meilleure estime de soi;
    • une capacité à identifier la violence;
    • une meilleure connaissance des scénarios de protection;
    • une désapprobation de la violence conjugale;
    • un sentiment de responsabilité moindre à l’égard de la violence conjugale;
    • une modification de leurs attitudes et croyances à l’égard de la violence;
    • une modification de comportements;
    • une possibilité de briser leur isolement;
    • un apprentissage d'expression de leurs émotions;
    • une amélioration de leur compétence scolaire.

[ Haut de la page ]

Les effets inattendus et les limites des programmes

  • Différents effets inattendus et limites possibles des programmes d’intervention de groupe ont été recensés.
    • Certains enfants se servent de leurs connaissances pour confronter leurs parents.
    • Certains enfants refusent de discuter ouvertement de leur vécu avec leur mère sous prétexte que le contenu de l’intervention est confidentiel.
    • La confidentialité peut poser un problème aux intervenants : quoi dire, et jusqu’à quel point dévoiler ce que les enfants apportent dans le groupe.
    • L’initiation des enfants à la résolution de conflits sans violence peut créer des conflits de valeur avec sa famille. Dans les programmes d’intervention, toutes les dispositions nécessaires sur le plan de la collaboration avec les parents doivent être prises pour éviter que l’intervention ne creuse un fossé entre l’enfant et sa famille.
    • L’élaboration du scénario de protection peut amener l’enfant à anticiper des situations de violence, alors que l’exploration de sentiments et le partage d’expériences peuvent être difficiles à canaliser. Celles-ci peuvent permettre à l’enfant de se libérer et de dédramatiser la situation, mais peuvent également engendrer de l’anxiété. Ainsi, chaque enfant devrait être accompagné étroitement dans son cheminement par ses parents et par des intervenants professionnels.
    • Certains enfants présentant au point de départ des comportements moins agressifs dans leurs relations avec leurs pairs développent des comportements d’auto-mutilation, alors que d’autres qui, au point de départ, se montrent agressifs, le deviennent davantage. Ces effets inattendus mettent en évidence la délicatesse et le doigté exigés par l'intervention au sein de ces programmes.
  • Références

[ Haut de la page ]

© CRI-VIFF 2009 - Conception : Centre APTI
Panneau d'administration