Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes

A l’occasion des 30 ans de la Tuerie de Polytechnique, l’AFPAD et le RAIV vous invitent à une demi-journée de témoignages et de conférences pour marquer leur engagement commun à lutter contre les violences de toutes formes

Date de l'activité: 
06 Décembre 2019
Heure(s): 
9 h à 12 h
Conférencier: 

Catherine Rossi, profsseure à l’École de travail social et de criminologie, Geneviève Lessard, professeure de travail social et directrice du RAIV ainsi que Vicky Brassard, doctorante en travail social et chercheure au RAIV

Organisateur : 
RAIV, CRI-VIFF, Université Laval et l'Association des Familles de Personnes Assassinées ou Disparues
Lieu: 

Hôtel Universel Québec (salle Orléans) située au 2300, ch. Sainte-Foy à Québec

Le Centre de recherche interdisciplinaire sur la violence familiale et la violence faite aux femmes (CRI-VIFF) est né en 1992, dans la foulée des actions qui ont suivi les événements tragiques survenus à l’École Polytechnique de l’Université de Montréal. Rappelons qu’en 1989, un jeune homme est entré à l’École Polytechnique et a tué 14 jeunes femmes, pour la plupart étudiantes à l’École, pour la seule raison qu’elles étaient des femmes.

En 2019, le CRI-VIFF change de nom pour devenir le RAIV - Recherches Appliquées et Interdisciplinaires sur les Violences intimes, familiales et structurelles. La mission du RAIV, qui regroupe des chercheures et chercheurs de plusieurs universités du Québec ainsi que de nombreux partenaires de la pratique, nationaux et internationaux, est de mettre la recherche scientifique au service d’un « RAIV » (rêve) de justice : la lutte contre les violences et l’accès à une meilleure justice sociale pour toutes et tous.

Le 6 décembre 2019, pour marquer les 30 ans des événements e Polytechnique, le RAIV désire officialiser sa collaboration, que nous espérons longue et fructueuse, avec l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues. L‘AFPAD est née en 2005 de membres fondateurs qui se sont regroupés afin de dénoncer eux aussi la violence faite aux femmes. Aujourd’hui, l’aide apportée aux familles de victimes d’homicide ou de disparition criminelle est insuffisante comparativement aux droits disponibles pour les autres victimes d’actes criminels.

L’AFPAD et le RAIV désirent mettre à l’honneur, en cette journée commémorative du 6 décembre, des proches de personnes assassinées et disparues membres de l’AFPAD, en leur permettant de témoigner de leur vécu pour rappeler l’ampleur des violences faites aux femmes. Ces témoignages seront accompagnés de conférences données par des chercheures du RAIV, portant sur la violence conjugale et familiale, la violence faite aux femmes, et la problématique particulière des proches lorsque l’accusé se voit donner un verdict d’irresponsabilité pénale pour troubles mentaux.